Aller au contenu principal

A Rouen, un forum culturel pour l'Ukraine

A Rouen, un forum culturel pour l'Ukraine

Alors que l’Ukraine est envahie, la Réunion des Musées Métropolitains Rouen Normandie (RMM) et l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), appuyés par l’ICOM France, le Centre Pompidou, la Bibliothèque nationale de France (BnF), le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem), l’Ecole du Louvre, le Comité français d'histoire de l’art (CFHA), les associations d’Amis de musées (AMAR, AMMD) prennent l’initiative d’ouvrir un forum culturel pour faire vivre la culture et le patrimoine ukrainiens menacés.

 

Tous les mercredis se tiendront au Musée des Beaux-Arts de Rouen des conférences sur les arts, l’histoire et le patrimoine d’Ukraine, dont certaines seront reprises à l’INHA. Chaque rendez-vous fera l’objet d’une captation qui sera mise en ligne, créant ainsi une collection audiovisuelle accessible à tous les publics francophones, qui proposera un accès à ce que l’Ukraine a apporté de plus précieux à l’humanité.

Les personnalités invitées, conservateurs et conservatrices de musées, historiennes et historiens de l’art ou du cinéma, écrivaines et écrivains, cinéastes, artistes visuels, etc., feront entendre d’autres voix que celles des armes, en rappelant la richesse et la diversité de l’apport culturel de l’Ukraine au patrimoine universel, qui résulte d’échanges et de dialogues permanents, y compris au sein des conflits qui ont marqué ces « terres de sang ». Elles s’engagent en faveur d’un arrêt des combats, de la souveraineté de l’Ukraine sur son territoire et de la préservation des vies et des biens culturels, matériels et immatériels.

  • Les premiers édifices chrétiens de Kiev avec Jannic Durand (conservateur général du patrimoine, directeur du département des objets d'art au musée du Louvre)

  • L’art contemporain ukrainien et ses racines avec Alisa Lozhkina (historienne de l’art, commissaire d’exposition indépendante, intervention en duplex) et Igor Sokologorsky (directeur de la collection « L’art à l’écrit » aux Nouvelles éditions Place, Paris)

Vivant aujourd'hui aux États-Unis, Alisa Lozhkina a codirigé le plus grand musée d'art contemporain d'Ukraine, le Mystetskyi Arsenal, et a été rédactrice en chef d'Art Ukraine. Elle a publié en 2020 Une révolution permanente : l'art ukrainien contemporain et ses racines (1880-2020), aux Nouvelles éditions Place à Paris. En dialogue avec Igor Sokologorsky, Alisa Lozhkina présentera les spécificités de l'art ukrainien contemporain et consacrera également une partie de son exposé aux créations des artistes d'Ukraine dans le contexte de la guerre qui ravage aujourd'hui leur pays.  

  • L’école de photographie de Kharkiv : déconstruire l’expérience soviétique avec Nadiia Bernard-Kovalchuk (doctorante à Sorbonne Université / Centre André Chastel)

Tandis qu'en Occident, non sans une certaine condescendance, Pierre Bourdieu qualifiait la photographie amateure d'« art moyen », à Kharkiv, au milieu des années 1960, des pratiques dépassant les formes photographiques soviétiques normalisées, stéréotypées et vides ont germé précisément dans les profondeurs d’un club régional de photographie. S’étalant sur plus de cinquante ans d’histoire, réunissant trois générations et une trentaine de représentants, dont Boris Mikhaïlov, l’École de photographie de Kharkiv présente des récits personnels hors norme et aux esthétiques multiples. De la « stagnation » brejnévienne à la « perestroïka » de Gorbatchev, à travers l’underground soviétique et sur les ruines de son empire, la photographie de Kharkiv se caractérise par l'ironie, un regard critique sur le médium et l'action collective.

Nadiia Bernard-Kovalchuk est doctorante en Histoire de l’Art, Sorbonne Université / Université de Lorraine. Chercheuse pour le musée de l’École de photographie de Kharkiv (MOKSOP) depuis 2018, elle a publié en 2020, en ukrainien, le livre L’École de photographie de Kharkiv : jeu contre l’appareil (Kharkiv, MOKSOP).  

  • Kiev, les coulisses staliniennes d'une reconstruction (1943-1956) avec Fabien Bellat (maitre de conférence associé, École nationale supérieure d’architecture Paris Val de Seine)

Dès la libération de Kiev en 1943, l’URSS contrôla étroitement le processus de reconstruction de la capitale de la république ukrainienne. Un concours en 1944 donna d’emblée la primauté à de reconnus architectes russes, ne laissant qu’un rôle secondaire aux bâtisseurs issus de la ville. Ainsi le relèvement de Kiev suivit en ceci un principe clé de l’impérialisme stalinien.

Or cela achoppa vite sur les controverses du milieu architectural soviétique. Car, malgré l’oppressante influence des instances moscovites toujours surveillées par les affidés de Staline, les architectes eux-mêmes restèrent indécis sur le délicat sujet des formes nationales ou sur le degré de monumentalité urbaine autorisé pour la cité ukrainienne. Les édifices finalement réalisés à Kiev vers 1950 témoignent de ces dessous tourmentés, écartelés entre la volonté de puissance du régime et sa crainte du patriotisme d’un peuple sans cesse perçu avec suspicion par le Kremlin. 

  • L’avant-garde ukrainienne ou l’histoire de l’art comme une discipline politique avec Vita Susak (docteure en histoire d’art, experte pour la Fondation culturelle ukrainienne au ministère de la Culture de l’Ukraine)

Vita Susak est historienne de l’art, commissaire d’exposition et experte pour la Fondation culturelle ukrainienne au ministère de la Culture de l’Ukraine. Elle est membre de la Swiss Academic Society for East European Studies, du Polish Institute of World Art Studies, et du comité de l’Ukraine de l’ICOM. Elle a dirigé le département d’art moderne européen de la galerie nationale d’art de Lviv (1992-2016). Elle est l’autrice de nombreux articles et ouvrages, dont Les Artistes ukrainiens à Paris (1900-1939), publié en traduction française en 2012 aux éditions Rodovid.

  • Drôle de lieu pour une rencontre : le folklore juif et ukrainien en Ukraine avec Boris Czerny (université de Caen, spécialiste du monde juif en Russie, Ukraine et Biélorussie et membre de l'Institut Universitaire de France)

"Au cours de notre exposé nous nous proposons de présenter comment les folklores juif et ukrainien contribuèrent à la structuration des identités juives et ukrainiennes. Nous examinerons également le cas, apparemment unique, de personnages communs aux deux folklores."

Boris Czerny, est professeur de littérature et civilisation russe à l'université de Caen, spécialiste du monde juif en Russie, Ukraine et Biélorussie et membre de l'Institut Universitaire de France.

 

  • Le mythe cosaque de l’Ukraine avec Iryna Dmytrychyn (INALCO)

Le mythe cosaque en Ukraine est un mythe fondateur, où les cosaques sont les Ukrainiens et les Ukrainiens sont les cosaques. Comme tel, ce mythe repose sur des éléments réels, mais interprétés comme un passé glorieux, afin d’en faire un récit national, fondateur et valorisant, qui légitime l’existence nationale. Cette conférence évoquera la manière dont le mythe cosaque a été élaboré au XIXe siècle, comment il a été utilisé et quelles applications il trouve de nos jours.

Iryna Dmytrychyn est historienne, traductrice et maître de conférences à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), spécialiste de l'Ukraine.

 

  • L’icône ukrainienne au XVIIIe siècle : les ateliers de Kiev avec Olga Medvedkova (CNRS)

"Dans cette conférence, je présenterai l’art des icônes en Ukraine durant le XVIIIe siècle. Afin de rompre avec les clichés de l’historiographie coloniale, je me concentrerai sur les réalités historiques bien documentées concernant les ateliers d’icônes à Kiev au XVIIIe siècle. On analysera un corpus cohérent d’icônes provenant essentiellement de la laure des Grottes et du Musée d’art national de Kiev. On tentera de définir la spécificité de cet art religieux au charme indéniable, doté d’une grande liberté iconographique et décorative. Nous nous arrêterons sur sa fonction mémorielle et individualisante, sur la présence du portrait dans ces icônes et, en particulier, sur l’image des femmes."

Olga Medvedkova est directrice de recherche au CNRS (centre André Chastel). Docteure en histoire et civilisation de l’EHESS, boursière de l’École Française de Rome et pensionnaire à l’INHA, habilitée à diriger les recherches à Sorbonne Université, elle est spécialiste dans les domaines de l’histoire de l’architecture moderne, de la théorie et de l’édition architecturale, ainsi que de l’architecture en tant que moteur et outil de la construction européenne. Elle est également l’auteure d’ouvrages consacrés à différents aspects de l’art russe  Elle est lauréate des prix Marianne Roland Michel (2007), Intraduction (2013), Révélation de la Société des Gens de Lettres (2014), et du prix Lequeux de l’Institut de France (2018).

 

  • La mémoire d’Odessa : Philippe Hosiasson avec Germain Viatte

Né à Odessa en 1898, Philippe Hosiasson a grandi dans un environnement culturel d’une richesse inouïe, en résonance avec les grands mouvements d’avant-garde européens. Installé à Paris en 1924, il devient l’un des acteurs importants de l’École de Paris. Résolument abstrait à partir de 1947, il est remarqué par le célèbre critique américain Clement Greenberg, expose à New York et côtoie la fine fleur de l’expressionnisme abstrait américain.

Germain Viatte, directeur honoraire du Musée national d’art moderne, a organisé l’exposition « Mémoire d’Odessa » à la Vieille Charité en 1989, lorsqu’il dirigeait les musées de Marseille. Il revient sur le parcours hors norme de cet artiste, qui a traversé tous les lieux où s’est joué le XXe siècle, et démontre la force et l’originalité de son langage : un vocabulaire tellurique dans lequel la matière et le coloris sont d’une puissance peu commune.

 

  • Le musée national des arts Bohdan et Varvara Khanenko avec Ludmyla Kravchenko

Situé à Kiev, le musée Khanenko détient les plus grandes et les plus précieuses collections d’art européen, asiatique et ancien du pays. Son nom officiel renvoie à Bohdan et Varvara Khanenko, philanthropes ukrainiens qui ont fait donation de leur collection à l’Académie nationale des sciences en 1919. Elle comprend des œuvres de Pieter Paul Rubens, Gentile Bellini, Juan de Zurbarán, Jacques-Louis David, François Boucher mais aussi des collections très précieuses de sculptures et d’art décoratif européens, de belles et rares pièces d’art et décoratif iranien, tibétain, chinois et japonais, ainsi que d’intéressantes collections d’art grec ancien, romain et égyptien. Liudmyla Kravchenko, est conservatrice des collections de porcelaine européenne, chercheuse invitée à l'école du Louvre.

 

  • Marie Bashkirtseff, de Poltava à Paris : une peintre “citoyenne ?”  avec Sylvie Patry

À la fin du XIXe siècle, Paris se vit comme la capitale internationale des arts. Peintres, sculpteurs, musiciens venus d’Europe, d’Amérique et d’Asie affluent pour s’y former, y faire carrière. Parmi ces artistes, Marie Bashkirtseff a un destin aussi fulgurant qu’original. On oublie souvent qu’elle est née en Ukraine d’une famille d’aristocrates provinciaux. À la fin des années 1870, elle s’établit à Paris où elle remporte quelques succès avec des tableaux naturalistes. Soucieuse de passer à la postérité, elle rédige un journal qui est encore aujourd’hui une source précieuse sur la vie artistique et le statut des femmes. Car Bashkirtseff est aussi une féministe convaincue et combattive, aux côtés de Hubertine Auclert mais également au sein de l’Union des femmes peintres et sculpteurs, qui lui rendra hommage en 1885, après sa mort prématurée à l’âge de 24 ans. Dans les années qui suivront, sa mère donnera près de la moitié de son œuvre à des musées russes et ukrainiens. Emblématique de cette haute société cosmopolite, qui vit et voyage à travers l’Europe, Bashkirtseff est restée cependant liée toute sa vie à l’Ukraine.

Sylvie Patry est conservatrice générale du patrimoine. Depuis 2017, elle est directrice de la conservation et des collections du musée d’Orsay. Auparavant, elle a été directrice adjointe de la Fondation Barnes à Philadelphie, conservatrice en chef au musée d’Orsay pendant dix ans, mais également pensionnaire à l’INHA. Elle est spécialiste de l’impressionnisme et du post-impressionnisme, tout en travaillant avec quelques grands artistes de notre temps. Elle a signé de nombreuses expositions internationales en France et à l’étranger, telles que « Le Décor impressionniste » (en cours, au musée de l’Orangerie), Morisot en 2019, Durand-Ruel en 2014, Monet en 2010, ou Renoir en 2009. Elle a contribué à des publications sur la peinture de la seconde moitié du XIXe siècle et vient de diriger le catalogue raisonné des Cézanne de la collection Barnes. Elle prépare entre autres une exposition sur la première exposition impressionniste de 1874 qui sera présentée en 2024 au musée d’Orsay et à la National Gallery de Washington.

  • L'Ukraine au temps de l'éveil des nations (1876-1905) avec Michel Gutierrez

Au tournant des XIXe et XXe siècles, le territoire de l'Ukraine actuelle est partagé entre les empires russe et austro-hongrois. Au croisement de plusieurs cultures, l'Ukraine oscille entre affirmation de ses particularités et intégration aux réseaux européens. Avec cette conférence, nous souhaitons proposer une synthèse de la production artistique en Ukraine au moment de l'éveil des nations.

Michel Gutierrez est élève-conservateur du patrimoine à l'Institut national du patrimoine (INP) et à l'Institut national des études territoriales (INET). 

  • We are Ukrainiens, What else matters par Claire Staebler

Entre 2007 et 2009, Claire Staebler est directrice artistique du Pinchuk Art Centre pour lequel elle organise également le Pavillon ukrainien à la Biennale de Venise en 2007. Au lendemain de la Révolution Orange elle est le témoin de l'émergence d'une scène artistique à Kiev dont l'énergie semble surgir de ce contexte en pleine émulation politique, sociale et culturelle. Entre espoir et dissidence, cet événement provoque l'apparition de nouvelles pratiques individuelles et collectives hors de toute institution.

Claire Staebler est commissaire d’expositions et critique d’art. Elle dirige depuis mars 2022 le FRAC des Pays de la Loire sur les deux sites de Nantes et de Carquefou. Elle a été commissaire d’exposition au Palais de Tokyo à Paris de 2002 à 2007, puis commissaire à la Fondation Louis Vuitton de 2012 à 2022. En tant que commissaire d’exposition indépendante elle a collaboré à La Triennale, Intense Proximité, Palais de Tokyo, Paris (2010 - 2012) sous la direction artistique de Okwui Enwezor. Elle a réalisé différentes expositions tel que Machruk, Appartement 22 Rabat (2019), Le Meilleur des Mondes, Kunsthalle Mulhouse (2016), La Fabrique sonore, Expérience Pommery#9, Reims (2011), Transaction Abstraite,Charles Atlas, Mika Tajima, New Galerie, Paris (2011), Retrait, Fondation d’entreprise Ricard, Paris (2007), . Elle collabore avec plusieurs publications spécialisées dont les revues Flashart, Idea, l’Officiel Art et Zérodeux.

  • L'Ukraine contemporaine au musée par Nicolas Liucci-Goutnikov

Le Centre Pompidou présente à partir du mois de juillet la donation d’une cinquantaine d’œuvres d’artistes contemporains ukrainiens, qui lui a été concédée en 2021 par un groupe de collectionneurs. La conférence reviendra sur les conditions de constitution de cet ensemble offrant un large panorama sur l’art contemporain en Ukraine et mettra en évidence les problématiques historiques liées à la représentation de l’Ukraine au sein d’une collection muséale.

Nicolas Liucci-Goutnikov, conservateur et chef de la Bibliothèque Kandinsky, Musée national d’art moderne, Centre Pompidou. Il a réalisé de nombreuses expositions de recherche déployées au sein de la collection permanente, notamment Politiques de l'art (2016) ou Histoire(s) d'une collection (2018). Il a été le commissaire de diverses expositions temporaires – Haegue Yang. Lingering Nous (2016), KOLLEKTSIA! Art contemporain en URSS et en Russie (2016), Daniel Buren. Projections/Retroprojections. Travaux in situ (2017), Jean-Jacques Lebel. L’Outrepasseur (2018), Isidore Isou (2019), Rouge. Art et utopie au pays des Soviets (2019), James Coleman (2021), Hahaha. L'humour de l'art (2021), Leon Ferrari, L’aimable cruauté (2022)  – et a supervisé différents programmes de recherche au musée.

  • Des mémoires ukrainiennes comme patrimoine : dettes et reviviscences de l’histoire par Véronique Dassié

La France est dépositaire d’un héritage mémoriel et d'un patrimoine culturel immatériel et matériel ukrainien qui reste peu connu.  Sa présence prend une importance nouvelle au prisme de la guerre qui frappe le territoire de l'Ukraine aujourd'hui. 

 

Véronique Dassié, anthropologue, reviendra sur les circonstances de cette présence de la culture ukrainienne en France et sur la manière dont les dépositaires de ce patrimoine se mobilisent dans le Loiret pour sa sauvegarde depuis les années 2000. 

 

Sylvie Orlyk, en tant que témoin, concernée et impliquée dans la conservation des mémoires présentera des exemples de chants que la chorale Kobzar (Chalette-sur-Loing) a contribué à sauvegarder au delà des frontières de l'Ukraine depuis les années 1960.

 

La rencontre sera également l'occasion de baliser plus largement des pistes pour un inventaire des patrimoines ukrainiens diasporiques. 

 

Agenda

Musée Pierre Corneille
21 aoû.
16h

Clitandre

Événements

Inscription Newsletter